Les groupes thématiques parrainés par la SFP

Nos membres se rassemblent autour de thèmes qui fédèrent et permettent un échange régulier, des collaborations inter- équipes nationales et internationales.

Ainsi, le Club Toxo a été fondé en 2001 à l’initiative d’Isabelle Tardieux et de Jean Dupouy-Camet afin de faciliter les échanges et discussions scientifiques entre toutes les équipes travaillant sur Toxoplasma gondii.

Les aspects médicaux et diagnostics étaient hors du champ de ce club. Pour des raisons pratiques, les réunions de ce club se sont toujours déroulés à l’Hôpital Cochin (sauf en 2004, où le club fut organisé à Tours). L’organisation scientifique du Club est faite par une équipe différente à chaque fois. Chaque session comporte un ou deux exposés effectués par des seniors experts et par des communications de doctorants ou d’étudiants en Master 2 sur leurs travaux de recherche. Le club Toxo a été organisé 8 fois depuis 2002. Parmi les seniors, il faut noter les participations de MF Cesbron, I Tardieux, ML Dardé, JF Dubremetz, S Tomavo, T Baltz, R Menard, D. Buzoni-Gatel, F Ariey, M-A Hakimi, etc… Ce club qui pourrait prochainement évoluer vers une Club Apicomplexa, a favorisé le développement en France d’une recherche sur le Toxoplasme et la toxoplasmose de renommée internationale.

Contact: Hélène Yera, helene.yera@ahp.fr

Consortium anti-parasitaire et fongiquePlus récemment, le « consortium anti-parasitaire et fongique ou CaPF » a été créé pour rassembler des professionnels de l’innovation thérapeutique et pour relever le défi de la découverte de traitements plus spécifiques et mieux  tolérés   contre  les  parasitoses/mycoses  humaines  et animales.

Il associe des laboratoires des organismes publics  (INSERM, Institut Pasteur, CNRS, INRA, CEA, IRD, CHU, Grandes Ecoles, MNHN, Universités) ou privés. Tous les ans depuis juillet 2010, les journées du CaPF réunissent chercheurs, enseignants-chercheurs, industriels travaillant dans le domaine de la Parasitologie-Mycologie avec pour objectif de renforcer les collaborations entre chimistes, biochimistes et biologistes et de promouvoir des projets communs dans les différents domaines de développement de cette thématique. En effet, face à l’expansion mondiale des parasitoses, aux problèmes de toxicité, et de chimiorésistance pour bon nombre d’antiparasitaires actuels, les équipes ont décidé de mettre leurs efforts en synergie dans une structure pluridisciplinaire, placée sous les auspices de la Société Française de Parasitologie et de la Société Française de Mycologie Médicale.

Pour de plus amples renseignements merci de contacter Pr Patrice Le Pape, actuel président – Université de Nantes

Réseau Français NématodesLe Réseau Français Nématodes (REFNEM) a pour but de favoriser les interactions entre des spécialistes des différents groupes de nématodes parasites de plantes et de vertébrés afin, notamment, de renforcer l’expertise en identification des nématodes, morphologiquement et moléculairement

L’idée du montage ce réseau d’experts est parti du constat suivant: nous sommes peu de spécialistes

français en nématologie et nous faisons face à  une perte de compétences sévère. Pour l’enrayer, le montage d’un réseau d’experts et la mise en place d’une formation adéquate sont apparus comme une solution.

Toutes les thématiques associées à ces parasites sont cependant nécessaires pour fédérer les membres du réseau: identification, diversité et évolution des nématodes ; biologie et cycle de vie des nématodes ; écologie et gestion du parasitisme ; virulence des nématodes ; gestion durable et mécanismes des résistances aux médicaments anthelminthiques; génomique fonctionnelle; interactions hôte-parasites, immunologie, imagerie. L’ensemble de ces thématiques abordées par les membres du réseau permet non seulement de promouvoir la nématologie française mais aussi de monter des projets collaboratifs transversaux.

Les 4èmes journées du réseau nématode ont eu lieu à Tours les 11 et 12 mai 2016 sur le thème « Lutte contre les nématodes parasites » et « International Nematology » (LUNEPAR-INTERNEM). Ces journées ont réuni près de 40 participants venant de plusieurs départements de l’Inra, des écoles vétérinaires, de l’Anses, du Muséum National d’Histoire Naturelle, et de différentes Universités. Les problématiques suivantes ont été abordées :

  • identification et caractérisation de la diversité des nématodes
  • détection efficace et précoce des parasites (outils de diagnostic)
  • potentiel d’adaptation des agents pathogènes et contournement des résistances génétiques de l’hôte
  • efficacité des traitements
  • identification et utilisation de nouvelles méthodes de contrôle, notamment alternatives, nécessitant de comprendre les mécanismes impliqués dans les relations hôtes-parasites
  • impact de ces mesures sur le parasite et sur son environnement
  • analyse sociologique sur la prescription d’une stratégie de contrôle par les spécialistes : médicaments, conseil pour l’élevage, méthodes alternatives et lutte biologique ; perception de cette prescription par les éleveurs et les agriculteurs.

Les prochaines journées du réseau nématode auront lieu à Paris en mars 2018.

Pour tout renseignement contacter : Dr C. Martin  coralie.martin@mnhn.fr ou Dr A.  Blanchard-Letort alexandra.blanchard@inra.fr.

2017-09-19T11:17:20+00:00 04 décembre, 2016|

X